Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Cindy et Fabien
Age 26
But du voyage Stages
Date de départ 05/06/2010
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 mois
Nationalité Suisse
Description
Stage de 2 mois à Wallis puis visite de la Nouvelle-Calédonie, des îles Fidji et du Vanuatu
Note: 4,7/5 - 29 vote(s).



Localisation : Fidji
Date du message : 21/08/2010
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 île Fidji

Bonjour à tous.

Quelle histoire pour écrire sur ce blog, y a trop de chose à faire et à voir pour trouver assez de temps pour décrire tout cela.

Nous nous étions arrêté la dernière fois à Hiengène, une petite ville au nord de la Nouvelle-Calédonie, après le luxe de l’ex club Med, on est allé sous la pluie assisté à la plus grande fête de l’île, la foire de Bourail. C’est une foire d’agriculture et d’artisanat. La pluie n’a pas arrêté de la journée, on a donc profité des stands couverts plus particulièrement. Le lendemain on y est retourné mais avec le soleil cette fois et on avait réellement l’impression de ne pas se retrouver dans la même fête. On y a vu du moto cross, des défilés de chevaux, vaches, un concours de bucheronnage, une tonte de moutons et la cerise sur le gâteau, un rodéo. Ce fameux rodéo n’était pas ce qu’on attendait d’un rodéo, les chevaux ruaient à peine, deux fois de suite le cheval et une vache qui devait être attrapé par les corne se sont retrouvés les 4 fers en l’air pendant 30secondes avant de daigner se relever. Certains cavaliers étaient obèses la clop au bec sur leur cheval, le pompon était le lâché du bébé cochon sauvage au milieu de tous les enfants de la fête qui devaient l’attrapé et le gagnant pouvait le garder. Autant dire qu’on ne s’est pas ennuyés.

            

Le lendemain nous sommes allé visiter l’île des Pins, pour y accéder, ce ne fut pas de tout repos. Pour commencer nous sommes partis de l’hôtel 10minutes avant le départ du bateau. On est arrivé juste à temps et en voulant payer, on a eu la mauvaise surprise de ne pas pouvoir payer avec la carte de crédit. Après supplication, j’ai pu vite aller retirer de l’argent au bancomat le plus près. Un beau sprint à 6h du mat, ce n’est pas dans mes habitudes ! Le jeu en fallait la chandelle, l’île des Pins est vraiment paradisiaque, du sable tellement fin qu’on ne peut pas distinguer les grains, de l’eau transparente qu’on peut voir à l’infini et une tranquillité… On y est resté une journée, le temps de se demandé quand est ce qu’on allait se réveillé de ce rêve.

           

Le lendemain nous sommes allés au sud de la Nouvelle-Calédonie, après 2h30 de voiture sur une route défoncée mais au milieu de magnifique paysage rouge à cause du nickel, on arrive dans notre petit bungalow en haut d’une falaise qui surplombe l’océan. Nous sommes allés nous baigner dans l’eau transparente au milieu des coraux et des poissons bleus. Steph est vite ressortie lorsqu’on a vu passé un serpent de mer près de ses pieds. Le soir nous sommes allé manger du homard dans un resto pas loin de l’hôtel, quel régal. Steph a préféré prendre un menu poisson parce que les homards coupé en deux ce n’est pas son truc.

           

Le lendemain nous sommes allé voir les chutes de la madeleine, ça ne cassait pas 3 pattes à un canard mais ça nous a permis de faire un tour dans les buissons pendant une heure en lisant les noms de plante en latin et en se marrant bien devant les points de vue qui ne montraient que les arbres à 4 mètres devant.

 

En retournant sur Nouméa, nous nous sommes arrêtés dans le village de Prony dans le but illusoire de dîner. Nous n’y avons trouvés qu’une poignée de maisons, une plage mais pas âme qui vive. Lorsque nous avons trouvé après 2h de route un supermarché, nous nous sommes vengés de cette frustration avec 3 paquets de Timtam, des biscuits merveilleux au chocolat, la meilleure invention des Australiens depuis le boomerang.

Le jour d’après il est temps de quitter la Nouvelle-Calédonie pour les Iles Fidji. Le réveil sonna à 5h mais cette fois Stéphanie a veillé sur l’horaire, telle une bonne Suissesse. Nous avons donc pris tranquillement le vol qui va ensuite en direction de Wallis avec une escale à Fidji. Dans ce vol, j’ai rencontré une Wallisienne avec laquelle j’ai travaillé et une Futunienne qui logeait chez Tei et Manu lors de ses séjours à Wallis. Seulement deux mois et je connais presque tout l’île. Dès notre arrivée notre arrivée à Nadi, avant même d’avoir quitté l’aéroport, nous sommes interceptés par des gens de l’office du tourisme qui nous guident jusque dans le bureau de Lucy. Elle nous fait un résumé complet de toutes les activités possibles à faire aux îles Fidji. Finalement, nous décidons de partir en bus en bus au sud de l’île principale dans une auberge de jeunesse façon Fidji.

     

Il s’agit en fait d’un énorme complexe avec plusieurs bungalows, maison au bord de la plage dont un énorme dortoir de 18 lits (on nous a dit 16 au départ) L’hôtel a un bar, des cocktails, une piscine (avec bar), happy hour tous les jours à 18h30. Un tableau noir plein d’activités telles que beach volley, volley dans la piscine, killerpool (piscine tueuse ??), et feu sur la plage. Un vrai paradis, surtout pour les australiens !

Nous y avons passé trois nuits et pour éviter les diverses activités de l’hôtel, nous avons visité les deux villes les plus proches. Sigatoka et Pacific Harbor. Pour y aller, rien de mieux que les bus locaux. Il suffit d’attendre un moment au bord de la route et quand le bus passe, se jeter devant lui monter en marche et se coincer parmi la foule de gens qui l’occupent déjà et apprécier les dialogues du film qui passent à fond. Il vaut mieux prendre les bus express, sinon on met 1h30 pour faire 40 km. 

Sigatoka est notre première expérience avec une ville Fidjienne. On fait un tour au marché, mangé, fait un peu de shopping. L’après-midi, nous prenons le taxi qui nous amène aux dunes de sable de Sigatoka, qui font jusqu’à 60m de haut. L’endroit est un peu décevant car les dunes sont recouvertes de végétation et on a l’impression de marcher sur n’importe quelle colline. Par contre le chemin est en sable et donc il est d’y marcher en tongues, n’est-ce pas Stéphanie !!! Le bord de mer est spectaculaire, les vents qui ont créé les dunes charrient des tonnes de bois qui ont recouvert la plage.

L’autre « ville » que nous visitons est Pacific Harbor, à part quelques maisons éparpillées çà et là, il n’y a qu’un grand centre d’artisanat, ou plutôt de boutiques de souvenirs. Nous y passons quelques et rentrons avec plusieurs robes ou chemises à fleurs.

La dernière nuit dans ce dortoir plein d’australiens, anglais, autrichiens et suisse allemands fut agitée, alcoolisé et bruyante et cela, sur le pas de la porte du dortoir. Si bien que Cindy est sortie de sa réserve naturelle légendaire : je la cite « We try to sleep, un peu de respect,  rispect plize » avant d’éteindre toutes les lumières !

Voilà pour les aventures de ces derniers jours. Nous sommes arrivés ce matin à Suva, la capitale des îles Fidji, dont nous vous parlerons dans notre prochain message. Bon 21 août à tous.



Etapes :
Suva
Nandi
Yasawa

Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Cindy et Fabien ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty